Les excès de vitesse toujours responsables d’accidents mortels

Le dernier week-end du mois d’août est le dernier chassé-croisé de l’été. À cette occasion, l’IFOP s’est penché sur les excès de vitesse. En effet, ceux-ci représentent la principale cause d’accidents mortels en 2013.

La vitesse reste un risque routier majeur en France.

La vitesse reste un risque routier majeur en France.

38 millions de Français sont titulaires du permis de conduire. L’IFOP a interrogé 1004 d’entre eux et 45 % déclarent ne pas respecter les limitations de vitesse sur les routes des vacances, par manque d’attention (55 %), à cause du manque de fluidité du trafic (44 %), et par plaisir de rouler (10 %). Selon le sondage les dépassements de vitesse sont plus nombreux sur les routes nationales : 63 % des conducteurs avouent rouler à 100 km/h au lieu de 90 km/h. Sur les autoroutes, 27 % des conducteurs frôlent plus souvent les 150 km/h que les 130 km/ réglementaires. En ce qui concerne les grands excès de vitesse, ils ne sont pas si nombreux même si 13 % des conducteurs admettent pousser leur véhicule jusqu’à 120 km/h sur le réseau secondaire et ils sont 7 % à atteindre 170 km/h sur le réseau autoroutier.

Le chargé de la prévention des risques routier chez  MMA (qui a commandé ce sondage), Stéphane Daeschner, indique qu’il ne faut pas sous-estimer l’importance des « petits » excès de vitesse. Il cite en exemple une vitesse de 100 km/h (au lieu de 90 km/h) engendre un allongement de la distance d’arrêt de 13 mètres. Pour les excès de vitesse plus importants, Stéphane Daeschner précise qu’à 130 km/h au lieu de 90, la distance d’arrêt est de 60 mètres, soit 14 voitures les unes derrière les autres. En cas de route mouillée cette distance est à multiplier par 1,5.

Sur les  routes des vacances, les conducteurs d’Ile-de-France sont les plus enclins aux excès de vitesse.  40 % d’entre eux dépassent les limites autorisées profitant du trafic fluide de la province. Cependant, il faut aussi rappeler que les excès de vitesse entraînent une surconsommation de carburant et donc un surcoût du budget vacances. Les conducteurs interrogés se disent prêts à ralentir pour des raisons financières. Sur les facteurs qui pourraient les influencer à diminuer leur vitesse, ils évoquent aussi la présence des enfants dans le véhicule (53 %).

Les personnes ayant participé au sondage sont 84 % à posséder un ou plusieurs aides à la conduite  comme le GPS (69 %). 9 % détiennent un Coyote…

Cela dit rien ne remplacera l’être humain….. Lors de ce sondage, 25 % des conducteurs interrogés n’ont pas su répondre à la question : quelle est la distance d’arrêt d’un véhicule roulant à 130 km/h ? (Réponse : 139 m) La sensibilisation des conducteurs n’est pas un vain mot.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *