L’Ă©tat des autoroutes allemandes

Face à la proposition du chef du parti social-démocrate Sigmar Gabriel de plafonner la vitesse sur autoroute à 120 km/h, la population n’a pas l’intention de ralentir. Cette mesure a au moins eu le mérite de relancer le débat sur les vitesses pratiquées sur les autoroutes allemandes.

Des autoroutes qui coûtent cher.

Des autoroutes qui coûtent cher.

Déjà le parti vert  avait lancé l’idée, il y a quelques années. Mais le candidat Gabriel s’appuyait sur les conclusions des recherches réalisées en Europe. Et il ne s’agissait pas seulement de limiter les émissions de gaz à effet de serre mais de baisser le nombre de victimes sur les routes du pays.

Cependant, un sondage démontre que 80 % de la population n’adhère pas du tout à l’idée. Les Allemands considèrent qu’il serait préférable de s’attaquer aux d’autres causes de décès que sont la somnolence et l’alcool. Sur ce sujet, la chancelière Angel Merkel assure que la vitesse des véhicules bridée à 250 km/h lui suffit.

Il faut savoir que les autoroutes allemandes ne sont pas le réseau le plus meurtrier. Depuis 1970, le nombre de morts a fortement diminué passant de 945 à 387 morts par an. La moitié des accidents mortels sont dus à une vitesse excessive. Ces résultats font des autoroutes allemandes les plus sures du monde.

Selon les statistiques, les réseaux de voies rapides les plus dangereux se situent aux Etats-Unis et en République Tchèque. On peut expliquer ces résultats par la construction particulière et très stricte des autoroutes (densité de l’asphalte, degré de déclivité…). Des milliers de caméras sont implantées sur le réseau et surveillent certaines données comme la météo ou le flux de circulation.

Tous ces paramètres entraînent forcément un coût. En Allemagne, un kilomètre d’autoroute est estimé 422.000 dollars par an. Le gouvernement a de plus en plus de mal à assumer ces tarfis. En revanche, d’après un rapport de 2012, 20 % des autoroutes, 41 % des routes nationales et 46 % des ponts sont dans un état de décrépitude certain. La fin d’un mythe…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *