Limitation de vitesse : Grenoble passe Ă  30 km/h

Dans le cadre de la loi de la transition énergétique le maire de Grenoble adopte la limitation de vitesse à 30 km/h.

La cuvette de Grenoble tristement célèbre pour sa pollution

La cuvette de Grenoble tristement célèbre pour sa pollution.

La loi de la transition énergétique autorisent désormais les maires à  fixer une limitation de vitesse inférieure à 50 km/h. Grenoble est la première ville de France à relever le défi. À partir de 2016, la préfecture de l’Isère sera limitée à 30 km/h. Cette mesure « Métropole apaisée » vise à protéger les usagers les plus fragiles en termes de sécurité routière et de pollution dans 40 communes faisant partie de l’agglomération grenobloise. Il faut préciser que 6 communes ont refusé de participer à « Métropole apaisée ».

Le maire de la ville Eric Piolle (Europe Écologie Les Verts) souhaite donc que la limitation à 30 km/h soit la règle et celle de 50 km/ l’exception. Celle-ci restera en vigueur sur les grands axes et boulevards situés au sud de Grenoble. L’élu insiste sur la généralisation de la mesure, il ne s’agit pas de zones à 30. L’implantation de la signalisation annonçant les radars pédagogiques sera implantée progressivement.

Le maire, qui se déplace en vélo électrique, est plutôt fier d’avoir réussi à rassembler les alliés et les adversaires politiques de tout bord autour de son projet. Du côté des automobilistes, la réticence est de rigueur. Pour les convaincre, la municipalité avance que cette mesure n’aura pas beaucoup d’incidence sur leur conduite ou sur le trafic. En effet la vitesse moyenne passera de 18,9 km/h à 17,3 km/h.

Le but premier est de protéger les personnes les plus fragiles : enfants et personnes âgées. Grenoble entend donc donner plus d’importance aux transports en commun et aux vélos.

Cette nouvelle limitation de vitesse aura aussi d’autres conséquences : diviser par deux la distance de freinage, diminution du nombre de décès chez les piétons en cas de choc frontal. En effet, à 50 km/h, en cas de choc, un piéton a 45 % de risque d’être tué. À 30 km/h ce pourcentage tombe à 30 %.

Sur le plan écologique, les autos et motos ne sont plus les bienvenues dans les centres villes. L’objectif est de baisser les émissions de CO² et donc de réduire les voitures et les embouteillages qui vont avec.

Rappelons qu’aujourd’hui en France, Grenoble est l’une des villes les plus polluées.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Camille dit :

    Je trouve que cela est une excellente idée qui risque de réduire peut être également les accidents de la route en zone urbaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *