Sécurité routière : de plus en plus d’accidents

Depuis 2002, la sécurité routière est une priorité gouvernementale. Depuis cette date, de nombreuses mesures ont vu le jour (radar, vitesses, alcool…) et participent à la baisse de la mortalité routière.

Moins il y a de risques, plus les accidents sont fréquents.

Moins il y a de risques, plus les accidents sont fréquents.

Il en résulte que depuis plus de dix ans, le nombre de morts a été divisé par deux.

Cependant, les chiffres du mois de juillet enregistrent une forte hausse : + 19 % des décès. À cette occasion, le Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve en appelle à la responsabilité des automobilistes, d’autant plus que 2014 affiche aussi une augmentation de la mortalité routière.

Mais qui sont les victimes d’accidents ?

Selon les études statistiques, le profil-type correspond à un homme âgé entre 25 et 50 ans. Le véhicule est un véhicule léger. Dans la plupart des cas cet homme s’en sort ou alors souffre de quelques blessures légères. Les deuxièmes véhicules les plus impliqués sont les deux-roues motorisés.

En ce qui concerne la catégorie des moins de 25 ans, le résultat est plus dramatique. Ils sont souvent blessés, hospitalisés ou tués. Pour l’année 2014, 914 jeunes de moins de 25 ans ont trouvé la mort. Les accidents sont plus violents souvent dus à une plus grande vitesse ou à une mauvaise manœuvre.

Dans quelles conditions survient l’accident ?

L’accident survient le plus souvent sur un trajet connu. 19,1 % des accidents de la route ont lieu sur un trajet domicile-travail. 13,3 % des accidents concernent une utilisation professionnelle, un peu plus de 3 % des accidents sont enregistrés sur un trajet domicile-courses ou domicile-école. Mais les accidents les plus nombreux interviennent lors de parcours dédiés aux loisirs et aux promenades (51,9 %). Ces parcours ont lieu dans la détente et entraîne une concentration moindre.

En ce qui concerne les conditions météorologiques, les accidents les plus nombreux sont enregistrés lorsqu’il fait beau et sur route sèche. Cette donnée implique bien la responsabilité du conducteur et de son engin.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Olivier Jobit dit :

    Tout commence avant tout par une prise de conscience des risques et des dangers liés à la vitesse. C’est cette prise de risque qui reste avant tout, le facteur primaire qui cause ces accidents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *