Voiture intelligente : quels risques ?

Le futur de la voiture intelligente ne sera bientĂ´t plus une utopie.

circuit-electronique

Le piratage informatique s’attaque Ă  la voiture intelligente.

Dans peu de temps la voiture intelligente envahira le monde automobile. Les principaux constructeurs automobiles l’ont bien compris et se livrent une concurrence sans égale avec l’aide des géants d’Internet. D’ici 2020 150 millions de ces véhicules devraient circuler. En 2025, ce secteur représentera une manne de plus de 40 milliards de dollars.

Cependant qui dit voiture autonome et connectée dit risque de piratage…

En effet, les nombreux systèmes d’exploitation embarqués connectés rendent les voitures intelligentes viavulnérables le piratage informatique. En plus de l’accès à de nombreuses données personnelles telles que le comportement de conduite ou l’historique des déplacements, les pirates sont susceptibles de prendre le contrôle du véhicule.

Preuve a été faite par deux experts en sécurité informatique en 2013 : à partir d’un ordinateur portable, ils ont réussi à prendre le contrôle d’une Ford Escape et d’une Toyota Prius. Récemment, ils ont récidivé sur une Jeep Cherokee. A distance, ils ont pu prendre la main sur plusieurs commandes du véhicule : essuie-glaces, volume de la radio, température de la climatisation, coupure du moteur… Lors d’une autre expérience qui s’est déroulée sur un parking, les deux experts ont réussi à couper les freins du véhicule et même à prendre le contrôle du volant. Toutes ces actions n’ont pu être parées par le conducteur.

Pour réussir ce tour de passe-passe, les deux informaticiens se sont infiltrés dans le système d’exploitation du véhicule (Uconnect) en utilisant l’adresse IP et le réseau d’un opérateur. Une fois cette étape franchie, ils n’ont eu qu’à accéder aux différents systèmes pour agir sur les mécanismes physiques. Les résultats de leur travail ne devront pas tarder à être publiés. La faille décelée est au cœur de tous les champs d’action des constructeurs. Chrysler a d’ailleurs décidé de rappeler 1,4 million de véhicules aux États-Unis pour vérifier (et corriger ?) les systèmes informatiques embarqués.

Il apparaît que les constructeurs automobiles aient pris quelque retard en matière de cyber sécurité. L’industrie automobile doit agir. Le sénateur américain Ed Markey a bien l’intention de légiférer sur le sujet. Cet élu du Massachussets a collecté des données auprès de 16 grands conducteurs sur ces failles de sécurité sur près 36 millions de voitures intelligentes. Ed Markey doit déposer une loi qui obligerait les constructeurs à assurer la sécurité de la voiture connectée.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *